« Blumen, du NarrDauungen zum Sonntag »