« Die Revolution tanzt...ling »