« BörgerBlumen, du Narr »